Fructifier son argent

Pourquoi le plan épargne retraite populaire est toujours d'actualité ?

Vous comptez préparer votre retraite et avez opté pour le PERP, le plan d’épargne retraite populaire ? Le plan est toujours d’actualité certes, mais il faut tenir compte de l’année 2018 qui va gommer les avantages fiscaux par rapport à l’année fiscale blanche. Cette dernière résulte de la mise en place du prélèvement à la source 2019.

Les avantages fiscaux issus du PERP

Celui qui verse des primes dans son plan profite d’une déduction de celles-ci et ce, de son impôt sur le revenu. De plus, peu importe la régularité du versement ou le montant placé dans l’épargne. Si certaines questions se posent toutefois sur l’utilité de verser des primes sur son PERP en 2018, les épargnants ont feu vert quant à placer à nouveau leur argent dans le PERP à partir de 2019.

Rappelons que cotiser dans un PERP en 2018 est dépourvu d’intérêt sur le plan fiscal, vu que les impôts sur l’année 2018 seront totalement supprimés. Bien entendu, l’épargnant peut continuer à verser dans son plan, mais sans toutefois profiter des avantages fiscaux mentionnés ci-dessus. D’où l’intérêt d’attendre 2019 pour profiter à nouveau de cet avantage fiscale.

Épargne bloquée : pour mieux prévoir sa retraite

Attention, réfléchissez toutefois avant de verser dans votre PERP cette année 2018 puisque vous perdez en rentabilité dû à l’inexistence d’intérêt fiscal. De plus, l’épargne est bloquée : vous ne pourrez effectuer aucun retrait avant que vous n’ayez atteint l’âge auquel vous partez à la retraite. C’est l’un des points faibles qui fait perdre des points à ce plan d’épargne ayant vocation à distribuer des rentes à vie.

L’assurance-vie quant à elle gagne en points, dans la mesure où l’épargne demeure disponible. Elle propose en plus les mêmes avantages fiscaux que le PERP, mais uniquement à condition que le capital soit immobilisé pendant une période de huit ans.

Revenons au PERP. Celui-ci incite donc à épargner afin de préparer efficacement sa retraite. Avec l’assurance-vie, le souscripteur est tenté d’opérer une sortie en capital. Ce qui n’est pas possible pour le PERP en raison du gel du capital comme nous l’avons détaillé plus haut. Un capital solidement constitué donne alors lieu à des rentes viagères de qualité.

En bref, si vous souhaitez assurer votre retraite, investissez dans un PERP. Si en revanche vous êtes enclin à vous servir de votre capital pour financer un projet en cours de route, il vaut mieux ouvrir une assurance-vie.

Les obligations de l’hébergeur du PERP

L’hébergeur du PERP qui peut être une mutuelle ou une compagnie d’assurance a pour obligation d’informer l’épargnant sur l’évolution de son capital. Ceci, avec les détails afférents aux frais ponctionnés : frais de gestion, frais de conversion du capital en rente, etc. En ce qui concerne ces frais, il convient de bien se renseigner auprès de l’assureur avant l’ouverture du plan : certains d’entre eux pratiquent des frais plus ou moins conséquents, ce qui va élimer la rentabilité de ce dernier. Il est tout aussi possible d’ouvrir un PERP auprès d’une banque : comparez donc tous les avantages et les inconvénients sur les diverses stratégies que propose chaque hébergeur avant de souscrire.

L’épargnant a également un droit de visibilité sur le montant des rentes viagères qu’il va percevoir par rapport au montant de son capital investi. L’hébergeur du plan lui fournit un montant approximatif, qui sera calculé à partir de certains éléments. Par exemple le sexe de l’épargnant et la table de mortalité. L’épargnant peut aussi se servir lui-même d’un simulateur dédié à cet effet : c’est un outil en ligne qui prend en compte sa situation familiale, ses revenus nets ainsi que les versements précédents déjà effectués.

Une envie de discussion, réagissez .

Les publications similaires de "Actu argent"

  1. 2 Mars 2019On nous propose quoi comme placement DOM TOM en 2019 ?413 visites
  2. 15 Nov. 2018Ou trouver les meilleur taux?455 visites
  3. 13 Fév. 2018Economiser sur ses impôts pour réinvestir927 visites
  4. 3 Sept. 2017Le gouvernement lance un plan pour financer l'agriculture bio1004 visites